Quel Yoga ? Le Yoga, pourquoi ?


Isabelle Morin-Larbey, présidente de la Fédération Nationale des Enseignants de Yoga (FNEY) - aout 2010-La Vie:

"ça entretient le corps"

yoga-pourquoi1.jpg (...) quand la souplesse du corps s’émousse, entraînant raideurs, douleurs et essoufflement, le yoga offre une alternative intéressante. (...) Le corps récupère sa tonicité. Les ligaments retrouvent leur élasticité et les muscles qui « fondent », sollicités sans violence, jouent mieux leur rôle. (...)





" Ça apaise les tensions physiques et mentales"

yoga-pourquoi3.jpg

Attention, le yoga n’a rien à voir avec une médecine douce ou une psychanalyse. Il n’en reste pas moins qu’en atténuant certaines conséquences de nos conditions de vie moderne – au premier rang desquels le stress, qui s’exprime par des maux de dos ou de ventre, des insomnies, des troubles de la mémoire ou de la concentration –, le yoga provoque une détente générale. Rien de magique pourtant ! Cela passe par une série d’exercices respiratoires qui libèrent le souffle et, en redonnant de la mobilité au diaphragme, déverrouillent le plexus solaire. Ce sentiment d’apaisement provient également du travail d’écoute de soi « Fermez les yeux pour pouvoir accueillir les sensations. Ne faites plus rien, sauf accueillir les réponses de votre corps. Prenez conscience de votre souffle et de la façon dont il anime tout votre buste. »



"Ça donne confiance en soi"

(...) « Le yoga est bien plus qu’une gymnastique. Il engage l’être tout entier », confirme Isabelle. Dos solide et cœur ouvert, corps et esprit en harmonie, on avance dans le monde en ayant moins peur. Lorsqu’on réussit, à force de persévérance, une posture que l’on pensait a priori infaisable, comment ne pas ensuite avoir envie de traverser d’autres obstacles, ainsi rassuré sur ses possibilités. Confiant en soi-même, on devient aussi plus autonome et plus ouvert aux autres dont on ne craint plus ni les regards ni les jugements. yoga-pourquoi2.jpg



"Ça développe l’intériorité"

(...) après chaque exercice, s’arrêter sur ses sensations et les écouter. Qu’elles soient agréables ou non, il ne s’agit pas de vouloir les maîtriser mais de s’y couler, pour les vivre pleinement. Autrement dit « habiter » son corps mentalement. Cet abandon, ou « lâcher prise » comme on dit en jargon psy, n’a pourtant rien à voir avec un quelconque laisser-aller. « Chacun reste toujours conscient de ce qu’il est avec son corps et sa respiration », précise Isabelle Morin-Larbey.

yoga-pourquoi4.jpg

« Le yoga permet à chacun d’advenir à ce qu’il est en profondeur ». Pierre Faure

lotus.jpg